MUSIQUE

Voyage enjazzé entre Arménie et métropoles occidentales.


Alexis Avakian et son groupe nous saisissent pour un voyage enjazzé entre Arménie et métropoles occidentales. Le saxophoniste, natif de Marseille, développe ici au ténor un son plus archaïque que sur son précédent opus, éludant les coltranismes auxquels il nous avait habitués pour construire un langage empreint d’une joyeuse mélancolie (le titre « Wayne The Saint » en est la parfaite illustration). Et quand il s’empare de la flûte traversière, il convainc son groupe et l’auditeur de le suivre dans quelque voyage entre Erevan et New-York (« Ostuni-Ostruni », une composition du contrebassiste Mauro Gargano). Ou même, lorsque l’excellent joueur de doudouk Artyom Minassian s’empare d’un chevi [1] pour un thème qui fleure bon l’urgence occidentale comme ce « Circus », le croisement des cultures se fait dans un chaos délicieux. Quant aux incursions au tar (luth arménien), de Myqayel Voskanyan, redoutable chanteur par ailleurs, elles débordent de blues - les gammes pentatoniques se retrouvant aussi aux abords du Mont Ararat.

lire la suite....

http://www.citizenjazz.com/Alexis-Avakian-3476916.html

par Stéphane le dimanche 21 avril 2019
© armenews.com 2019


 

CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...