LA SEYNE-SUR-MER (83)

Hommage à Missak Manouchian


Pierre Papazian, à l’origine de cet hommage à Missak Manouchian

Le 24 juin, à 12h 45, au Parc de la Navale, aménagé sur le site des anciens chantiers navals, le maire de La Seyne-sur-Mer, Marc Vuillemot, a inauguré une stèle érigée à la mémoire de deux résistants ayant travaillé aux chantiers navals de la ville : Missak Manouchian et Henri Veyssière. Rappelons qu’après avoir débarqué à Marseille avec son frère Karabet en 1925, Missak avait travaillé aux chantiers de la Seyne-sur-Mer, près de Toulon, en qualité de menuisier. Pierre Papazian, qui, avec l’association Abriss Club de Toulon, est à l’origine de cet hommage rendu à Missak Manouchian, a prononcé un discours particulièrement émouvant. Devant un auditoire très attentif, il a retracé le parcours de Missak Manouchian en lisant à plusieurs reprises des extraits de celui qui était aussi un poète. Agé de 90 ans, Pierre Papazian a rencontré à Vienne le membre du groupe des FTP-MOI qui était un ami de son père, résistant dans le même réseau pendant la guerre. Missak Manouchian s’était rendu en Isère dans le cadre des activités du comité HOK (Haï Oknoutian Komité) créé en1921 par le gouvernement de la République soviétique d’Arménie pour recueillir des fonds auprès de la diaspora. Pierre Papazian était alors âgé d’une dizaine d’années.

La stèle recouverte du poème L’affiche rouge de Louis Aragon.

Outre le maire de la Seyne-sur-Mer et du président de l’Amians (Association de maintien des intérêts des anciens salariés des chantiers navals de la Seyne), l’assistance était composée du professeur Michel Cameli, adjoint au maire de Toulon et délégué aux anciens combattants, de Maryse Grigorian, présidente de l’Abris’s Club de Toulon, et de Simon Azilazian, président du CCAF Sud. Sans oublier la présence des élèves des écoles de la ville de la Seyne-sur-Mer que, chaque année, les organisateurs de la Fête de la Navale invitent. En effet, beaucoup d’entre eux ont des grands-parents qui travaillaient aux chantiers navals. En dépit de leur fermeture en 1989, les traces des chantiers navals qui employaient plus de 5 000 personnes en 1972, restent visibles dans cette ville du Var. L’hommage aux résistants s’est terminé par le “Chant des Partisans“ et “La Marseillaise“ entonnés par les enfants

par Spidermian le jeudi 29 juin 2017
© armenews.com 2019


 

CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...