DROIT DEPONSE DE KIRKOR AJDERHANYAN Rubrique

SEVRES : LE VRAI DU FAUX, DROIT DE REPONSE EN FORME DE LETTRE OUVERTE


En dépit du caractère insultant de certains passages, de sa longueur excessive par rapport au texte auquel il répond, de la référence à des tiers non cités dans l’article initial, toutes raisons qui justifient un refus de publication au titre de l’article 13 de la loi du 13 juillet 1881 sur la liberté de la presse, nous publions ci-dessous le droit de réponse que réclame M. Kirkor AJDERHANYAN, après la diffusion de deux articles diffusés sur armenews le 25 juillet et le 13 août relatifs à l’affaire de Sèvres.
La rédaction n’a pas voulu priver ses lecteurs d’un texte qui peut les éclairer sur l’approche de certains protagonistes de ce sujet, tout en regrettant les propos injurieux qui inaugurent cet article, lesquels font néanmoins partie de l’information à laquelle ont droit nos lecteurs. A eux de juger.

Sèvres n’est pas à vendre !
Ce droit de réponse concerne les deux articles publiés plusieurs jours sur Nouvelle d’Arménie ;
« Scandale Immobilier au Collège Samuel Moorat » et « Affaire de Sèvres : Fiat lux ! » en dates du 25 juillet et 13 août 2019 signés Fanny Agopian.
Je m’appelle Kirkor AJDERHANYAN et par ce droit de réponse souhaite tordre le cou à cette accumulation de mensonges ridicules et déformations abjectes, proférés par une soi-disant élite communautaire notamment parisienne , médiatique, politique et occulte, avide de pouvoir, idéologue, maitresse de vérités, accablée par sa docte incompétence et qui fait la chasse aux niçois depuis plus de dix ans en propageant des tissus de calomnies à tour de bras.
Ancien élève Mekhitariste, professionnel de l’immobilier et Président mondial de la Confédération Internationale de l’Immobilier FIABCI en 2016-17 laquelle représente les 40 métiers de l’immobilier dans plus de 70 pays à travers les fédérations professionnelles, j’ai donc été mandaté par l’Association du Collège Arménien de Sèvres Samuel Moorat pour trouver une solution à la situation désespérée que chacun connaît, à savoir une catastrophe immobilière et culturelle inestimable conduisant à la perte inéluctable du patrimoine HISTORIQUE le plus emblématique de la diaspora
arménienne à travers le monde.
Et tout d’abord , l’Association étant la bras séculier de la Congrégation Mekhitariste, propriétaire des biens, dont Monseigneur ZEKIYAN est le représentant officiel, nommé par le Pape et confirmé par ses pairs au sein de l’Association , le procès en illégitimité dont il fait l’objet équivaut à contester l’autorité des prêtres Mekhitaristes sur le collège de Sèvres.
Ce qui ne saurait prospérer car les faits sont têtus et la réalité ce qu’elle est et non ce que l’on souhaiterait qu’elle soit ..............
En effet , après des décennies d’errance délétère ayant conduit à ce bilan déplorable dont chacun rejette la faute sur l’autre, les prêtres désemparés et désespérés devant l’incurie d’une Association incapable de trouver une solution pérenne qui leur survive, ont finalement considérés que cette mission de la dernière chance devait être confiée à un véritable professionnel de l’immobilier afin de pouvoir les sortir de cette impasse déplorable, tout en exigeant une triple condition incontournable :
- Pas de vente sèche du foncier et des bâtiments, même d’une infime partie.
- Prise en charge de la rénovation entière des bâtiments historiques (environ 6M€) par
l’opérateur éventuel.
- Obligation de dégager des revenus suffisants pour entretenir les bâtiments, parcs et jardins à travers le temps, le cœur de leur projet étant d’utiliser les bâtiments historiques afin d’y établir un centre civilisationnel et mémoriel incluant une bibliothèque et un centre de recherche sur le Génocide Arménien.
En outre, ils exigeaient que la rénovation totale devra inclure tous les équipements nécessaires à l’aménagement de l’infrastructure au service de la communauté Arménienne de France et d’Europe.
A ce titre, la Congrégation fera appel à des personnalités de la communauté arménienne du Grand Paris pour former un comité de pilotage qui en définira le cahier des charges.
Il fallait donc, avant toute chose, trouver un équilibre financier indépendant d’une « générosité publique » aléatoire, laquelle sera, bien évidemment, la bienvenue lorsqu’il s’agira d’établir le mode de financement du centre culturel.
Soyons précis :
J’ai commencé cette mission en septembre 2017, de nombreuses personnes le savent, y compris dans le monde politique et communautaire. En particulier, j’ai réalisé notamment quatre réunions avec M. Patrick DEVEDJIAN Président du Conseil Général des Hauts-de-Seine et ancien élève Mekhitariste en présence de Monseigneur ZEKIYAN, du Père BEZDIKIAN, de l’architecte Kirkor KALAYDJIAN dont la première a eu lieu en octobre 2017 pour lui demander conseil, confirmer que le terrain ne serait pas vendu au terme de ce montage fondé sur un projet de Bail à Construction et lors
de notre dernière réunion présenté le projet actuel et ses avantages pour la Congrégation.
Au demeurant, Monsieur DEVEDJIAN a été chaque fois très coopératif et heureux de la bonne finalité de ce dossier après des années d’incertitudes.
Suite à toutes nos réunions, aucune personne jusque-là , publique ou privée , n’a porté , à ma connaissance et à celle de Monseigneur ZEKIYAN, un projet aussi abouti et performant , garantissant la pérennité du site sur le long terme dans de telles intéressantes conditions, sauf à proposer des amorces de financement plus ou moins inconséquents, quelques merveilleuses et vaines idées ,l’appui de réseaux ..... qu’on attend encore.
Face à autant d’impératifs incontournables imposés par la Congrégation, j’ai, quant à moi, dans le cadre de mon mandat, attribué selon les usages de la profession, selon des conditions normales et transparentes, fait appel un très large réseau de professionnels de l’immobilier. La majeure partie des potentialités ont été approfondies avec ces partenaires, et compte tenu des contraintes de sol, d’urbanisme, des pratiques sectorielles et des nuisances de voisinage, fait le choix d’une construction
de 160 logements sur 20% de la surface du terrain en partie arrière en BAIL A CONSTRUCTION
Dans ce schéma toujours en cours d’élaboration, 80% du terrain restera à disposition de la Congrégation.
La construction de l’unique bâtiment en partie arrière, comportant des séparations physiques des espaces, les architectes y travaillent encore pour le moment, les plans actuels ne reflétant pas encore l’ensemble de ces avancées. Le PLU impose 25% de Social, ce qui n’implique ni des tours HLM ni des bâtiments désagréables comme certaines rumeurs le disent, ce sont des logements normaux inclus
dans le bâtiment général, seul leur loyer est modéré.
Après un an d’étude, j’affirme ici solennellement que nous avons réussi à trouver un modèle économique sans précédent, parfaitement adapté à ce cas précis et à intéresser les plus grands noms de l’immobilier en France notamment Bouygues Immobilier et Nexity, qui sont soutenus par des investisseurs institutionnels Français parapublics.
Nous avons réussi à proposer un projet à la Congrégation qui correspondait en tous points à ses attentes, avec un opérateur prêt à investir près de 55 000 000€ sur 60 ans sans jamais en devenir propriétaire !!!
Le loyer annuel garanti perçu par la Congrégation sera de 300.000 € indexés, moins les frais de gestion. L’ensemble des sommes perçus par l’Association sur 60 ans correspond à une somme supérieure à la valeur actuelle du terrain, alors que rien n’est vendu et que la Congrégation propriétaire conserve 80% de la jouissance du terrain durant toutes ces longues années. Au surplus, tous les 10 ans, l’ensemble des bâtiments locatifs sera rénové et remis à la Congrégation à la fin des
60 ans en parfait état.
Ainsi si, jusqu’à ce jour, aucun projet, grande conscience ou grande fortune n’ont pu garantir 60 ans d’existence pour le Collège de Sèvres, il s’avère que les prêtres deviendront automatiquement pleinement propriétaire des logements, passé ce délai, à l’issue de ce projet tant décrié.
Car il reste que certains membres irresponsables de la communauté qui se reconnaitront, soi-disant leaders de la pensée arménienne et experts en mortifications, aux manettes ou en coulisses, se livrent à des attaques sordides « ad hominem » dont la gravité n’a d’égale que leur inefficacité misérable pour la sauvegarde du patrimoine Mekhitariste de Sèvres............
Nous laissons également à leur responsabilité les allégations honteuses et fausses selon lesquelles l’Association aurait été irrégulièrement administrée et que Monseigneur ZEKIYAN se serait autoproclamé Président ou pire encore qu’il serait à la solde d’Ankara alors que Monseigneur a été assisté des meilleurs et fut nommé régulièrement conformément aux articles des statuts par ceux-là même qui le contestent aujourd’hui sans vergogne .
Ces mêmes personnes, qui reprochent aux prêtres de se faire arnaquer et de ne pas savoir se défendre, se livrent désormais à un véritable putsch, en prétendant agir au nom de l’Association, sans droit ni titre, en vue de déstabiliser juridiquement son fonctionnement, et pourquoi pas,
puisque les prêtres n’ont plus d’argent et ne savent pas bien se défendre, prendre carrément leur place. Ces personnes invitent qui veut l’entendre à en faire de même pour « Sauver » Sèvres ! Au mieux cette situation amènera des conflits judiciaires puis à un immobilisme mortifère et rendra ces personnes responsables de ce point final et Sèvres sera probablement cette fois ci vendu pour de bon.
Le Président de la République d’Arménie en personne est venu à Sèvres après avoir été alerté, lui aussi, par les rumeurs perfides lancées par ces petites gens expertes en salissures. Il a pu constater le sérieux et la légitimité de ce projet novateur, seul susceptible de sortir de l’impasse le Collège, avant d’afficher son soutien à Monseigneur ZEKIYAN face à la télévision.
Nous tenons à la disposition de ceux qui le souhaitent les documents relatifs à ce projet dans un souci de transparence totale et absolue, et accepterons les demandes de rendez-vous qui nous seront adressées par toutes les bonnes volontés.
J’ajoute que si quelqu’un pense pouvoir présenter un projet plus adéquat encore, d’un point de vue économique ou culturel, nous le recevrons avec enthousiasme, le projet actuel pouvant être encore arrêté.
Enfin, le comité de pilotage devrait être ouvert à toute personne qui souhaiterait s’y investir et proposer ses compétences dans la définition de la partie culturelle du projet.
Je n’ai personnellement reçu aucun email ni appel pour parler de ce projet ou pour poser des questions sur celui que nous envisagions.
Sommes-nous dans un dialogue de sourds, quiproquo ou un combat politique ?
Pour ma part sur je suis toujours ouvert à l’échange, et Monseigneur ZEKIYAN, je pense aussi.
Le temps est venu pour que les anciens élèves des Mekhitaristes prennent leurs responsabilités.
Monseigneur ZEKIYAN, son Conseil d’Administration et l’ensemble de la congrégation Mekhitariste ont maintenant besoin de tous et de chacun pour sauver de l’abandon ce joyau de l’histoire des arméniens.
Alors bonne foi, ouverture, transparence et communication doivent être les maîtres mots, laissant de côté les combats d’égo et les jeux politiques communautaires, nous avons tous un ennemi commun, la mort de Sèvres, alors ne la provoquons pas nous même !
Ci-dessous lien sur les plans de principe du projet proposé pour Sèvres par nos soins.

https://drive.google.com/drive/u/1/folders/1vMBHzG4BA6m94xYYKOU-vxSiYDwtFlVN

En cas de problème dans l’ouverture du lien ces informations vous seront envoyées après un simple
courriel de votre part.
Le 30 octobre 2019
Kirkor AJDERHANYAN kirkor@107promenade.com

<span class="caps">PDF</span> - 1.4 Mo

par Ara Toranian le lundi 11 novembre 2019
© armenews.com 2019