Arménie

L’opposition manifeste contre les pouvoirs qui seront accordés au Premier ministre


Des députés de l’opposition ont de nouveau protesté vendredi contre les pouvoirs étendus qui seront accordés au prochain Premier ministre arménien, affirmant qu’ils vont à l’encontre du système parlementaire.

Les députés représentant l’alliance Yelk ont ​​tenté en vain d’empêcher l’Assemblée nationale d’adopter en deuxième lecture un projet de loi sur la structure et les pouvoirs d’un nouveau gouvernement après la transformation de l’Arménie en République parlementaire le mois prochain.

En particulier, le projet de loi rédigé par le ministère de la Justice stipule que la police et le service de sécurité nationale (SSN) seront directement subordonnés au Premier ministre plutôt qu’à son cabinet. Les opposants pensent que cela vise à permettre au président Serge Sarkissian de conserver son autorité actuelle après la fin de son mandat présidentiel final le 9 avril. Sarkissian est largement pressenti pour devenir Premier ministre en avril.

Yelk a proposé que la police et le SSN se voient attribuer le statut de ministères gouvernementaux dirigés par des membres du gouvernement responsables devant le Parlement. La majorité pro-gouvernementale du Parlement a rejeté cet amendement.

Edmon Marukian, l’un des dirigeants de Yelk, a déclaré peu de temps avant l’adoption du projet de loi que l’Arménie est sur le point de passer à un “faux système parlementaire“.

Les leaders de la majorité au Parlement ont nié cette accusation. Eduard Sharmazanov, vice-président du Parlement, a affirmé que le contrôle direct du Premier ministre sur la police et le SSN “augmentera le degré de responsabilité politique“.

“Nous ne créons pas le poste de super-Premier ministre mais un celui d’un Premier ministre qui portera une responsabilité politique absolue envers le peuple et le Parlement“, a déclaré pour sa part Gevorg Kostanian, un autre haut responsable du gouvernement.

Selon la Constitution radicalement modifiée de l’Arménie, le Premier ministre sera également le commandant en chef de l’armée arménienne. Il nommera les membres de la haute hiérarchie de l’armée qui devront être nommés par le président de la République.

En outre, le prochain Premier ministre arménien dirigera un Conseil de sécurité chargé de déterminer « les principales orientations de la politique de défense ».

par Ara Toranian le lundi 26 mars 2018
© armenews.com 2019


 

P.S Reprinted with permission from RFE/RL Copyright(c)2007 Radio Free Europe / Radio Liberty, Inc.1201 Connecticut Ave, t N.W. Washington DC 200



CET ARTICLE VOUS A PLU ?  POUR AIDER LE SITE A VIVRE...

 
Thèmes abordés